Le Départ du conscrit
(Le Conscrit du Languedô)

Je suis t'un pauvre conscrit
De l'an mille huit cent dix,
Je suis t'un pauvre conscrit
De l'an mille huit cent dix,
Faut quitter le Languedô,
Le Languedô, le Languedô,
Oh !
Faut quitter le Languedô
Avec le sac sur le dos.

Le maire et aussi l'préfet
N'en sont deux jolis cadets ;
Le maire et aussi l'préfet
N'en sont deux jolis cadets ;
Ils nous font tirer z'au sort,
Tirer z'au sort, tirer z'au sort,
Ort ;
Ils nous font tirer z'au sort
Pour nous conduire z'à la mort.

Adieu donc, chers parents,
N'oubliez pas votre enfant ;
Adieu donc, chers parents,
N'oubliez pas votre enfant ;
'Crivez-lui de temps en temps,
De temps en temps, de temps en temps,
An ;
'Crivez-lui de temps en temps
Pour lui envoyer d'l'argent.

Adieu donc, mon tendre coeur,
Vous consolerez ma soeur.
Adieu donc, mon tendre coeur,
Vous consolerez ma soeur.
Vous z'y direz que Fanfan,
Oui que Fanfan, oui que Fanfan,
An ;
Vous z'y direz que Fanfan
II est mort en combattant.

Qui qu'a fait cette chanson ?
N'en sont trois jolis garçons.
Qui qu'a fait cette chanson ?
N'en sont trois jolis garçons.
Ils z'étions faiseux de bas,
Faiseux de bas, faiseux de bas,
Ah !
Ils z'étions faiseux de bas,
Et à c't'heure ils sont soldats.



merle rouge